23 Juillet 2015

Pilot

Projet international mené par le CNES et l'IRAP, PILOT a pour objectif de mesurer l'émission polarisée submillimétrique des poussières interstellaires. Ces mesures inédites seront réalisées sous ballon stratosphérique lors de 3 vols prévus entre 2015 et 2018.

Dédié à l'étude de l'origine de l'Univers, PILOT mesurera pour la première fois l'émission  polarisée submillimétrique des poussières interstellaires de notre galaxie. Ces mesures, complémentaires à celles obtenues par le télescope européen Planck dans le domaine infrarouge entre 2009 et 2013, permettront de cartographier la direction et l'intensité du champ magnétique de la Voie Lactée et de comprendre les propriétés magnétiques des grains de poussière interstellaires. Elles seront très utiles pour établir des méthodes de soustraction de l'émission polarisée des avants plans pour les futures missions de cosmologie qui cartographieront la polarisation du rayonnement fossile micro-onde, aussi appelé fond diffus cosmologique, vestige du Big-Bang.

L'instrument PILOT est constitué d'un miroir primaire d'un mètre de diamètre, d'un photomètre comportant une optique froide, une lame de rotation de la polarisation et un cryostat contenant 2048 bolomètres refroidis à 0,3 K. Porté par une nacelle scientifique pointée équipée d'un senseur stellaire diurne, il sera embarqué par un ballon stratosphérique de 800 000 m3 à une altitude d'environ 40 km afin de s'affranchir de l'absorption due à l'atmosphère terrestre. Trois vols sont prévus entre 2015 et 2018. Ils permettront de couvrir l'ensemble de notre galaxie mais aussi de caractériser des signaux générés hors du plan galactique.

Le CNES assure le financement, la maîtrise d'ouvrage, la responsabilité système ainsi que le développement de la nacelle et du senseur stellaire diurne Estadius, qui assurent le pointage précis de l'instrument dans la direction souhaitée. L’IRAP est responsable du développement de l’instrument, avec le support du CNES. L’IAS fournit le photomètre, le CEA le plan focal, l’Université de Cardiff l’optique froide, et l’Université de Rome le mécanisme de changement de polarisation.